June 16, 2017
by Forest EU

Les fumeurs s’opposent à un possible paquet à 10 euros en France

Le tabac est un produit légal et les fumeurs ont droit à un niveau d’imposition équitable qui n’augmente pas les inégalités.


Bruxelles, le 16 juin 2017 – Forest EU, la campagne de défense des droits des fumeurs en Europe, exhorte le gouvernement français à renoncer à l’idée d’un paquet de cigarettes à dix euros.

Le gouvernement français devrait rejeter l’appel du Comité national contre le tabagisme, relayé par la récente déclaration de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Interrogée par le journal Le Parisien, Agnès Buzyn s’est en effet dite «pas contre» une hausse du paquet de cigarettes à dix euros, une idée qu’Emmanuel Macron avait lancée lorsqu’il était candidat à l’élection présidentielle en mars 2017.

Pour les fumeurs, une telle hausse des taxes représenterait presque un doublement du prix d’un paquet, actuellement à 6,5 euros en moyenne.

Guillaume Périgois, directeur de la campagne de défense des droits des fumeurs en Europe Forest EU, a déclaré :

«Un quasi-doublement des taxes sur le tabac aurait des effets catastrophiques sur les fumeurs en France.

«Le prix du tabac en France a déjà doublé depuis le milieu des années 2000. Mais la part des fumeurs, elle, reste stable depuis cette époque : un Français sur trois continue de fumer.»

Cette oppression fiscale ignore un principe fondamental d’une société libre : les adultes devraient être autorisés à faire des choix éclairés sans intervention excessive du gouvernement. Oui à l’éducation; non à la discrimination. La politique du gouvernement devrait refléter les réalités sociales et économiques du tabagisme, et non chercher à réaliser l’utopie sans fumée dans laquelle certaines personnes voudraient que nous habitions.

Guillaume Périgois de continuer :

«Les taxes et accises sur le tabac en France sont déjà à des niveaux punitifs. L’Etat touche en moyenne plus de 80% du prix final d’un paquet.

«Déterminés à forcer les gens à cesser de fumer, les lobbys anti-tabac ignorent l’impact des prix croissants sur les 13 millions de fumeurs en France, dont beaucoup sont issus des milieux les plus pauvres. Ce manque d’empathie pour les adultes qui aiment fumer est choquant et révoltant.

«Le tabac est un produit légal et les fumeurs ont le droit de s’attendre à un niveau d’imposition équitable et raisonnable qui n’augmente ni la pauvreté ni les inégalités.»

La guerre contre le tabac touche en effet les plus pauvres de manière disproportionnée : selon Eurostat, en 2016, 37,5% des personnes aux revenus de la tranche la plus basse étaient des fumeurs, contre 20,9% des personnes aux revenus de la tranche la plus haute.

A cause des taxes excessives, le poste de dépenses consacrées au tabac pèse déjà très lourd dans le budget des ménages : jusqu’à 25% de leurs revenus pour les 10% de fumeurs les plus pauvres. Un quasi-doublement du prix du paquet aurait pour conséquence de précariser une part croissante des fumeurs et d’accélérer leur paupérisation.

Guillaume Périgois de continuer :

«L’expérience nous dit que l’augmentation des taxes sur le tabac alimente le marché noir en encourageant les gangs criminels à introduire en contrebande de grandes quantités de tabac illicite, y compris des cigarettes contrefaites.

«Cela encourage également de nombreux consommateurs à acheter leur tabac, de manière tout à fait compréhensible, dans les pays européens voisins où le prix est nettement moins cher qu’il ne l’est en France.

«Les buralistes français souffriraient également d’une perte d’activité qui pourrait s’avérer extrêmement dommageable, surtout pour les plus petits détaillants.»

On estime aujourd’hui qu’un paquet sur quatre n’est pas acheté légalement en France. Toute évaluation raisonnable de l’impact du passage à un paquet à dix euros doit conclure qu’il ne profitera à personne d’autre que les gangs criminels et les vendeurs au marché noir.

Forest EU quémande au gouvernement français d’ignorer ce lobbying néfaste destiné uniquement à contraindre les fumeurs à cesser de fumer :

«Nous proposons au gouvernement de ne pas augmenter les taxes sur le tabac, voire de les geler ou de les baisser. Cela offrirait un répit fiscal attendu depuis longtemps par les consommateurs, tout en décourageant les fumeurs d’utiliser le marché noir et en maximisant les revenus de l’Etat à un moment où le gouvernement a besoin de chaque centime pour réduire le déficit.»

Le nouveau gouvernement a l’occasion d’envoyer un message clair indiquant qu’il souhaite s’éloigner de la notion d’un Etat forçant les citoyens à ne plus consommer un produit légal «pour leur propre bien», appauvrissant délibérément ceux qui aiment fumer en toute connaissance des risques et ne veulent pas cesser de le faire, et poussant les consommateurs vers le marché noir.

Nous nous félicitons de l’attitude ouverte de la ministre de la Santé qui a affirmé que cette option devrait être «discutée avec l’ensemble des acteurs» et nous nous tenons à sa disposition.

###

Contact media

Guillaume Périgois, Directeur, Forest EU

gp@forestonline.eu, +32 4 78 98 07 43

###

About Forest EU 

Since 1979, Forest has been the leading voice in defending the rights of tobacco consumers and tolerant non-smokers. As an advocacy campaign, Forest EU informs consumers about issues that affect them in the European Union and engages with stakeholders so the views of informed adults are taken into account within the EU’s decision-making process. Forest EU doesn’t encourage smoking and represents the consumer, not the tobacco industry. For more information, visit forestonline.eu.