May 2, 2019
by Guillaume Périgois

Fumer en voiture en présence d’enfants

La Belgique a adopté le 25 avril 2019 l’interdiction légale de fumer en voiture en présence d’enfants de moins de 16 ans à bord. Vraie solution ou faux problème ?


La Belgique a adopté le 25 avril 2019 l’interdiction légale de fumer en voiture en présence d’enfants de moins de 16 ans à bord.

En Wallonie, l’amende prévue n’est pas anodine : 130€ en perception immédiate.

J’étais invité le 3 février 2019 à une émission télévisée où je devais débattre de cette mesure avec une députée fédérale belge. Malheureusement, l’échange n’a pu avoir lieu mais voici quelques points qui méritent d’être discutés, que l’on soit ou non partisan de cette interdiction.

L’écrasante majorité des fumeurs ne consomment déjà pas de tabac dans leur voiture quand ils sont en présence d’enfants. Presque tous les fumeurs ne songeraient déjà pas à allumer une cigarette dans une voiture si un enfant était présent. Ils n’ont pas besoin qu’on leur dise comment se comporter.

Ainsi, à Dublin en Irlande, plus de 2 200 voitures ont été surveillées aux heures de pointe. On n’a enregistré que huit conducteurs en train de fumer et… un seul enfant exposé à la fumée de tabac dans la voiture.

La police a mieux à faire de son temps. La police a bien mieux à faire que d’arrêter des conducteurs soupçonnés de fumer avec un enfant dans la voiture. Sans que ce soit de leur faute, la police va donner l’impression d’être inefficace.

Par exemple, aucune amende et seulement six avertissements ont été émis en Angleterre et au Pays de Galles au cours des trois premiers mois d’application de la loi interdisant de fumer dans les voitures en présence d’enfants.

Conséquence de cette loi : stigmatiser encore un peu plus les fumeurs. Le seul impact que cette criminalisation aura sera de stigmatiser les gens honnêtes qui n’ont pas besoin que le gouvernement leur dise comment se comporter dans leur propre espace privé. C’est encore un autre exemple d’ingérence symbolique de la politique dans le détail de la vie des gens. Il faut laisser les gens faire preuve de bon sens lorsqu’ils fument : la plupart d’entre eux se comporteront de façon responsable et avec considération pour les autres.

La vraie question est : quelle est la prochaine étape logique dans cette course à l’interdiction ? La prochaine étape sera une interdiction de fumer dans tous les véhicules privés, même s’il n’y a que des adultes dans la voiture, suivie d’une interdiction de fumer à la maison. A mesure que les interdictions de fumer se multiplient dans divers endroits, elles semblent prendre le pas sur le concept très fondamental de notre droit à l’espace privé. Il est important non seulement de se concentrer sur les détails de la dernière “zone sans fumée” réclamée par les lobbys anti-tabac, mais aussi sur la protection de notre droit fondamental d’avoir des espaces qui restent nos havres de paix, en premier lieu notre maison.

Aux Etats-Unis, il existe ainsi une interdiction de fumer dans les logements sociaux à travers tout le pays. En Finlande, c’est fumer sur son balcon qui est visé.
En Belgique, enfin, le président du principal syndicat de médecins du pays appelle à interdire de fumer chez soi.

Considérez-vous prévenus.